Aujourd’hui nous avons souhaité revenir sur un sujet qui fait souvent débat, l’intelligence artificielle. Depuis la révolution industrielle, l’homme n’a de cesse d’inventer des machines et de pousser les avancés technologiques. Le but premier a toujours été de rendre le travail moins pénible pour l’être humain en le faisant faire par des machines ou créer ces machines en complément d’aide pour les hommes. Cependant l’avancée technologique pousse l’homme à demander toujours plus à la machine et l’homme cherche à rendre même ce dernier humain.

La genèse de tout cela remonte à très longtemps mais je commencerais par Alan Turing pour ma part et son test de Turing que je ne pourrais pas vous expliquer dans les moindres détails mais une petite recherche satisfera votre soif de connaissances, ce test a été imaginé pour répondre à une question, une machine peut-elle penser ? Pour résumer ce test propose à un être humain qu’on nommera H1 de poser des questions qui seront soumises à une machine qu’on nommera M1 et un homme (H2) en même temps cette machine. L’idée était qu’à partir des réponses fournies par H2 et M1, que H1 puisse déterminer s’ils discutent avec un être humain ou machine. De là a le début de la conception de l’intelligence artificielle. Toutefois aujourd’hui certains se posent la question de savoir si l’homme ne va pas trop loin dans l’idée de l’intelligence artificielle et ne voyant pas les menaces que ce dernier représente contre l’humanité, entendons-nous bien, nous sommes loin d’un Skynet et d’une domination des hommes par la machine en tant qu’entité pensante.

Mais aujourd’hui de brillants individus comme Bill Gates (co-fondateur de Microsoft) Elon Musk (Fondateur de Tesla et Space x) et Stephen Hawking considéré comme l’un des cerveaux les plus brillants de notre époque, les discours de ces personnes se veulent alarmistes sur le sujet considérant que l’avancée en matière d’intelligence artificielle est un bienfait pour l’humanité tout en prônant une régulation de ces inventions. Il s’agit donc de mettre en place des limites que ce soit en termes éthiques et légaux afin de limiter l’action des scientifiques.

En regardant tout ça de plus près on pourrait certainement dires que d’autres ont réfléchis à ce problème d’intelligence artificielle et donc de normes régissant leur création à l’image de l’écrivant Isaac Asimov qui écrivit le livre (Runaround) qui décrit pour la première fois les lois devant régir les créations robotiques.

1. Un robot ne peut porter atteinte à un être humain, ni, en restant passif, permettre qu'un être humain soit exposé au danger.

2. Un robot doit obéir aux ordres qui lui sont donnés par un être humain, sauf si de tels ordres entrent en conflit avec la Première loi.

3. Un robot doit protéger son existence tant que cette protection n'entre pas en conflit avec la Première ou la deuxième loi.

Certes ces lois ne sont pas suffisantes mais on peut dire que cette question se pose depuis un certain temps et qu’elle mérite réflexion et ainsi évité un potentiel soulèvement des machines