Twitter vient d'indiquer que depuis la mi-2015 il a contribué à faire fermer pas moins de 400.000 comptes. Ces derniers relayaient des menaces terroristes ou faisaient l'apologie de tels actes.

La propagande djihadiste est très présente sur Internet, que ce soit avec des vidéos Youtube ou des contenus partagés sur les réseaux sociaux, nous sommes en mesure de nous 'informer sur le sujet n'importe-où. Il est effectivement très simple de se créer un compte et d'y publier n'importe quel contenu.

De plus, nous avons déjà entendu que ces réseaux étaient accusés d'être des lieux de recrutement pour les terroristes islamistes. À ce propos, nous avons appris il y a quelques jours, l’existence d'un partenariat entre les quatre géants du web pour freiner la propagation des «contenus à caractère terroriste».

Facebook, Microsoft, Twitter et Youtube ont donc annoncé lundi 5 décembre qu'ils allaient coopérer à l’échelle mondiale pour identifier plus rapidement les contenus terroristes sur leurs plate formes. En effet, ces multinationales ont toutes les cartes en main pour bloquer ces contenus dangereux, comme le leur demandent les autorités depuis des mois.

 

En effet, au vue des récentes menaces terroristes que nous recevons ces derniers temps, ces quatre entreprises américaines ont prévu de créer une base de données commune comprenant les «empreintes digitales» numériques de photos ou vidéos de propagande et de recrutement retirées de leurs plate-formes. En permettant une identification rapide des contenus déjà supprimés ils tenteront de lutter contre la propagande terroriste.

De ce fait, leur base de données sera opérationnelle début 2017 et le partenariat pourra être élargi à de nouveaux acteurs.

Aucun message ne sera retiré ou bloqué automatiquement: il reviendra à chaque entreprise d'évaluer si les contenus identifiés enfreignent ou non ses propres règles.

Reste à savoir si leur alliance sera efficace et nous aidera à lutter contre le terrorisme dans le monde.

 

Laura Boidana